Recharge tes super-pouvoirs

1 an pour oser

01 novembre 2013

C’est le premier anniversaire des Inspirés.
En quelque sorte.

En octobre, ça a fait 1 an que l’idée des Inspirés a germé dans nos têtes.

Dans le train, de retour d’un événement à Montréal, Julie, Myriam et moi (Geneviève n’était pas dans le train, mais elle n’était pas loin!) rêvions de rassembler des passionnés de tous horizons qui, comme nous, voulaient créer une vie vraiment à leur image. Des inspirés qui avaient besoin de l’énergie du groupe pour concrétiser leurs idées et passer à l’action, sans étiquettes ni modèles préconçus, dans cette vibe unique sur laquelle il est difficile de mettre des mots.

Je regarde en arrière et je suis tellement fière qu’entre octobre de l’an dernier et de cette année, Les inspirés ait vu le jour et soit devenu une réelle communauté d’idées et de projets, caractérisée par cette ambiance teintée d’optimisme contagieux et du sentiment que tout est possible. Nous recevons régulièrement un lot de messages touchants où les inspirés nous disent qu’ils sentent qu’on leur parle vraiment à eux, ayant enfin trouvé des personnes et un espace pour créer dans lequel ils se reconnaissaient.

 

Cette année, pour moi, Les inspirés, c’est devenu ma zone créative, ma safe space où je me suis sentie soutenue par tous ceux qui se sont reconnus dans notre appel, où j’ai pu aller au bout de mon potentiel et, parfois même de mes limites.

Pour la première fois, j’ai goûté à la montagne russe de l’entrepreneuriat, à l’euphorie de me dépasser continuellement pour amener quelque chose de nouveau dans l’univers et au stress de ne dépendre que de moi pour payer les comptes. Au cours du processus, la fameuse phrase “il faut faire de l’argent” revenait un peu trop souvent dans nos réunions d’équipe. Ça nous obsédait. Comme si c’était le gage ultime de succès. Je me réveillais la nuit avec ce sentiment d’urgence, je figeais devant la montagne à gravir.

Mais à un moment donné, presque toutes en même temps et sans même nous le dire, nous nous sommes arrêtées pour nous recentrer sur cette question : pourquoi je faisais ça, à la base, déjà? Pour montrer à tout le monde que j’étais capable de fonder une entreprise prospère selon un nouveau modèle? Ou pour construire un mouvement fort?

Quand nous avons senti que nos efforts pour développer l’entreprise prenaient le dessus sur ce pourquoi nous avions décidé de nous unir à la base, nous avons réajusté les pendules (avec grand soulagement). Nous nous sommes dit que ce n’était pas un échec de retourner dans le monde du travail (des entreprises inspirées, il en existe plein!) en continuant de développer ce projet si porteur, sans avoir la pression d’en vivre tout de suite. Que créer de la valeur n’est pas toujours synonyme d’argent sonnant.

Nous n’excluons pas la possibilité de collaborer avec des entreprises inspirantes pour des mandats ponctuels, et nous mettrons tout en place pour nous concentrer sur le potentiel excitant de la communauté des Inspirés. Mais nous le ferons, comme on se l’était promis, en créant et non en nous battant. On se donnera le temps pour que la croissance des Inspirés se fasse de façon naturelle, avec vous et avec nous.

 

Cette année, j’ai appris comme jamais et j’ai connu plus de gens extraordinaires que dans toute ma vie. Parce que j’ai osé me donner le droit d’expérimenter, de me tromper, d’exprimer haut et fort ce que je pensais et ce qui m’animait au fond des tripes. C’est magnétique, cette énergie-là. Tout ce que j’ai envie de vous dire, c’est : donnez-vous le droit. De tout ça : créer, expérimenter, sortir de l’ombre, essayer… Parce que c’est fou tout ce qui peut arriver. Et une chose est certaine, c’est que ce n’est jamais en vain.