Recharge tes super-pouvoirs

Sonia Lechasseur l'a fait

26 juin 2015

Notre communauté regorge d'esprits libres qui ont osé tracer leur propre chemin et partager « leur art »  avec le reste de l'univers. Que ce soit en développant un emploi sur mesure, un projet prometteur ou en mettant en pratique une façon de voir la vie, ils ont choisi d'exprimer ce qu'ils étaient en passant à l’action.

 

Dans un monde où on nous demande trop souvent d'entrer dans le moule, il faut célébrer ces inspirés et l'effervescence de leurs idées. Grâce à cette nouvelle série d'entrevues, nous mettrons en valeur le parcours d'inspirés « qui l’ont fait ».

 

Pour Sonia Lechasseur, passer à l’action, ce n’était pas quitter son emploi stable de designer en claquant la porte de façon bien théâtrale pour devenir co-propriétaire de Namaste Yoga du quartier Montcalm à Québec et y enseigner. Sonia incarne bien le concept « d’entrepreneuriat tranquille ».  

 

Déjà toute petite, elle était à l’écoute d’elle même. Elle ne restait jamais longtemps dans une situation où elle n’était pas bien et a toujours fait des choix de vie à son image. « En restant connectée à moi, les éléments sont apparus et j’ai modelé une vie qui me ressemble. Et comme ces éléments sont toujours en mouvance, il faut savoir s’y adapter et remodeler à nouveau. Ça ne veut pas dire que je n’ai pas eu d’embûches sur mon chemin, mais j’ai toujours su tirer le meilleur de chacune des situations. C’est ce qui permet de vivre pleinement le moment présent, peu importe s’il est agréable ou non. »

 

Qu’est-ce qui t’a amené à faire ton « move »?

 

Il n’y a pas d’éléments précis qui m’ont motivée à faire le « move », pas de révélation particulière, sauf peut-être de réaliser que j’étais rendue là. Comme j’avais envie que le yoga prenne encore plus de place dans ma vie, je posais des actes en conséquence. Je n’avais pas d’attente précise, je tentais seulement de profiter encore plus des bienfaits que le yoga m’apportait. Il est donc rapidement devenu au centre de ma vie. Par la suite, c’est comme si tout s’était placé autour de moi pour m’amener jusque là. J’ai donc sauté sur l’opportunité! Je n’ai pas eu à trop y réfléchir, car je sais ce qui me rend heureuse.

 

Que conseillerais-tu à une personne qui veut se lancer, mais qui n’ose pas?

 

Je n’aime pas vraiment donner des conseils. Mais je peux partager ce qui m’a aidé à toujours faire des choix en cohérence avec qui je suis. Chaque moment où je me suis lancée, je n’ai jamais eu peur. Des interrogations, des inquiétudes, oui - qui sont à mon avis normales -, mais rien pour m’empêcher d’avancer. La peur paralyse, elle nous rend immobile. Et elle apparaît quand nous ne sommes pas certains, quand nous remettons sans arrêt nos choix en doute. Si nous restons connectés à nous-mêmes, à ce que nous désir réellement, la peur n’existe plus. La confiance et la sérénité s’installent. 

 

Qu’est-ce que tes proches t’ont dit quand tu leur as annoncé que tu te lançais?

 

J’ai la chance d’être si bien entourée dans ma vie! Tous étaient heureux pour moi et comme d’habitude, ils m’ont encouragée. Je n’ai senti aucune inquiétude de leur part, seulement de la confiance et de la joie malgré le fait que se lancer en affaires apporte son lot d’inquiétudes et d’insécurités. Leur attitude positive m’a donc convaincue encore plus de mon choix. 

 

Qu’est-ce que tu aimes de ta nouvelle vie?

 

Vivre pleinement le yoga dans tous les aspects de ma vie. Mon ancien boulot, que j’adorais tout de même, n’était pas en lien avec cette passion, même si je lui accordais une grande place au quotidien. À présent, c’est comme si tous les aspects de ma vie forment un tout. Il n’y a plus de cassure, tout est fluide et naturel. Ça, c’est génial!

 

Qu’est-ce qu’on pourrait te souhaiter de mieux pour la suite de l’aventure?

 

Que le yoga rayonne dans la ville de Québec et que la communauté qui l’entoure prenne de plus en plus d’ampleur. Mais surtout, je souhaite qu’encore plus de gens intègrent le yoga dans leur quotidien pour pouvoir profiter pleinement de ses bienfaits. Qu’ils cessent de dire qu’ils pratiquent le yoga, mais plutôt qu’ils le vivent!