Recharge tes super-pouvoirs

Le changement n’est pas un caprice, c’est une évolution!

10 août 2016

Vous débordez d’idées pour changer les manières de faire de votre boîte? Vos collègues s’en foutent? Vos initiatives restent lettres mortes? À la demande de la chère Élise, voici mon seau de 2 cennes.

Je n’ai pas de diplôme dans le changement de comportement ou dans quelque discipline qui y soit rattachée. Je travaille par intuition et par expérience en utilisant ma créativité pour générer des solutions originales là où les solutions enseignées dans les écoles ne sont pas probantes. Je vous présente donc quelques exemples de transformations qui ont fonctionné, additionnés des humbles leçons que j’ai tirées de ces expériences. 

Tu n’étais seulement qu’une aventure

Nos comportements sont acquis, ils nous sont enseignés et nous devons les mettre en œuvre dans notre société. Et puisque la société évolue, nos comportements doivent s’adapter à l’air du temps. Il n’y a donc pas nécessairement de mauvais comportements, il y a surtout des comportements qui ne sont pas à jour. Cette compréhension de nos agissements est essentielle pour la suite.

Sachant cela, comment favoriser l’adoption de comportements actualisés par mes concitoyens? Pour ma part, j’adopte souvent la technique des «fruits à portée de main» (low hanging fruits).

Recette de la salade de fruits

Pour induire le changement, il est impératif de présenter d’abord une retombée positive encaissable rapidement suite au changement. Je surnomme cette retombée : le facteur de conversion. Ce facteur doit s’adapter aux besoins actuels de chaque concitoyen. Une fois cela fait, est-il pertinent d’avancer les facteurs de renforcement, soit les raisons que vos concitoyens pourront invoquer pour les faire bien paraître et justifier le changement? 

Voici quelques exemples. 

Vélo-boulot-dodo

Depuis deux ans, j’ai grandement réduit l’utilisation de ma voiture pour la remplacer par mon vélo. J’ai changé mon comportement pour trois raisons principales : 1- J’ai découvert que j’aime faire du vélo. 2- Je cherchais une activité physique qui ne se passe pas à l’intérieur (pas pour moi les gyms, désolé). 3- Je voulais aussi réduire mes coûts de déplacements (pu capable de pogner des contraventions!) tout en me donnant un regard différent sur la ville que j’habite.

Maintenant, ce comportement fait partie de la marque de mon entreprise. Les gens que je croise dans la rue entre deux rendez-vous me questionnent souvent sur le moyen de transport utilisé en cette journée particulière. L’économie d’essence, la simplicité volontaire, la diminution d’émission de GES sont des retombées accessoires qui n’ont pas influencé au départ le changement que j’ai effectué. Ce sont mes facteurs de renforcement.              

Ce qu’il fallait démontrer

Pour changer de comportement, je devais profiter personnellement d’avantages réels (facteurs d’influence) qui correspondaient à ce que je souhaitais à ce moment précis. Les retombées accessoires sont ce qu’elles sont, des additions collatérales qui viennent renforcer le discours corporatif et l’image de mon entreprise (facteurs de renforcement).

Consommer local ou sauver du temps?

J’ai déjà travaillé dans une organisation où des collègues souhaitaient favoriser le commerce local. Ils ont donc conclut une entente avec une ferme d’agriculture soutenue par la communauté (ASC) pour que le bureau devienne un point de chute de paniers : succès instantané! Non seulement le personnel de l’organisation recevait des produits frais de producteurs locaux (facteur de confirmation), mais cela leur enlevait un arrêt à l’épicerie lors du retour à la maison (après l’arrêt pour le conjoint, les enfants à la garderie et à l’école) ce qui était vraiment apprécié (facteur d’influence).

Mais là, tu t’amuses à me faire la vie dure!

On dit que les valeurs prennent une à deux générations à changer. Les comportements, par contre, peuvent se modifier en quelques heures voire quelques minutes. Aussi, soyez réalistes, n’essayez pas de changer la manière de penser de vos concitoyens, tentez plutôt de modifier leur comportement, un à la fois. Le reste suivra, à leur rythme.