Recharge tes super-pouvoirs

100 lectures inspirantes : Alexis Zorba, Nikos Kazantzákis

22 février 2016

Les romans que je vous présente dans ma série 100 lectures inspirantes ont cela d’incroyable qu’ils sont écrits magnifiquement. En plus de la beauté du style, certains renferment des joyaux de sagesse. C’est le cas d’Alexis Zorba, qui m’a beaucoup marquée et qui répond parfaitement à la définition de livre inspirant.

Extrait

« Nous restâmes silencieux auprès du brasero, tard dans la nuit. Je sentais de nouveau combien le bonheur est chose simple et frugale : un verre de vin, une châtaigne, un misérable poêle, la rumeur de la mer. Rien d’autre. Et pour sentir que tout cela c’est du bonheur, il ne faut qu’un cœur simple et frugal. »

Pour faire court

Le « patron », dont on ne connaît jamais le nom, décide d’acheter une mine de lignite sur la côte crétoise. Avant le départ, il fait la rencontre d’Alexis Zorba, qui cherche du travail et l’aventure. Les deux hommes, que tout oppose, se lieront d’amitié, lien profond et puissant, et apprendront l’un de l’autre le vrai sens de la vie. 

En un mot : Raison

Imaginez que le cœur et la raison (pas Criquette Rockwell là!) se rencontrent et conversent. Qu’est-ce qu’être un Homme (avec un grand H, pour signifier notre humanité, ce qui nous lie les uns aux autres)? Qu’est-ce qui nous guide dans la vie : la passion, l’amour, la foi, etc.? Sommes-nous le résultat de nos actions passées, ou comme me l’a dit un proche, « la somme des gens qui sont dans nos vies »? Notre évolution personnelle dépend-elle des connaissances que nous acquérons ou des gestes que nous posons? 

Nous ne pouvons pas être des esprits purs, dénués de corps, tout comme nous ne pouvons pas vivre uniquement avec nos sens sans jamais nous questionner sur notre spiritualité et notre place dans le monde. Le juste milieu serait un idéal à atteindre, mais en attendant, il faut vivre de la façon qui nous rend le plus heureux : vivre au jour le jour, ou en planifiant, manger en suivant ou non les recommandations de Santé Canada, porter du mauve avec du jaune, ou s’habiller tout en noir, choisir une carrière en administration ou en art… La vie peut être parfois plus simple qu'on ne le croit. 

Ce roman a été pour moi une révélation : la confirmation qu’il n’y a aucun mauvais choix, pourvu qu’on soit capable de gérer les conséquences qui peuvent suivre. Et il m’est apparu aussi comme un plaidoyer d’un retour à la simplicité : une conversation profonde, un repas délicieux, le partage de bons moments ; à la fin de la journée, c’est ce que nous retiendrons. Les émotions que nous avons vécues.

Simplifier les relations humaines, simplifier nos choix, avoir le cœur ET la raison. 

Et parce que vous êtes gentils de me suivre depuis le début de ma série, voici le lien vers la mise en image de ce que je viens de vous dire.

Bonne lecture!