Recharge tes super-pouvoirs

Geneviève Labrecque l'a fait

25 juin 2016

J’ai rencontré Geneviève il y a déjà quelques années, et on a vite connecté sur la base de ce qui nous inspirait mutuellement. Geneviève est le genre de personne qui voit des possibilités partout, qui imagine rapidement des concepts dans les moindres détails. On se ressemble là-dessus. J’oserais dire que c’est souvent plus facile pour nous d’imaginer que de passer à l’action. Enfin, «c’était».

Un jour, autour d’un café, elle m’a avoué qu’elle était un peu tannée de se greffer aux projets des autres, qu’elle avait besoin d’une fois pour toute honorer ses propres idées et sa propre vision. Des fois, «le faire» ce n’est pas sauter en parachute. Ce n’est pas changer de vie. Ce n’est pas faire un coup d’éclat avec un plan d’affaires et un plan marketing et la grosse machine. C’est juste «le faire». Un peu chaque jour. La théorie des petits pas, c’est exactement ça, l’histoire de Geneviève. La voici dans ses mots.

Raconte-moi dans tes mots ta petite histoire en quelques lignes : cheminement, passions, emplois précédents, questionnements et passage à l’action. 

Il y a environ 7 ans, j'ai découvert Etsy. J'ai tout de suite su que je voulais m'ouvrir une boutique sur ce site. La question était: qu'est-ce que je vais faire? J'ai eu mille idées et je n'ai rien démarré. Trop peur de ne pas réussir, trop d'aspirations. J’étais figée. 

Durant mon deuxième congé de maternité, j’ai pris le temps de réfléchir à ce que je voulais faire dans la vie. J'ai trouvé une idée astucieuse, qui avait beaucoup de potentiel. J'ai commencé à développer une startup tranquillement. C’était différent de ce que j’avais l’habitude de faire, plus sérieux peut-être. À ce moment, je cherchais quelque chose de «business», moins artisanal.  

C'est à ce moment que mon amoureux m'a construit un métier à tisser. J'avais le champ libre, je pouvais maintenant essayer un nouveau passe-temps sans avoir la pression de me partir une nouvelle carrière, car j'avais mon autre projet sérieux en tête. Après 2-3 tissages, je les ai placés rapidement sur Etsy. Je venais de terminer The Lean Business, je ne voulais pas me casser la tête. Mon «moto» était: ESSAYE. Don't fear

Mon autre projet a pris le bord. Je ne me sens même pas coupable de l'avoir abandonné. Je fais maintenant ce que j'aime tous les jours. Et tant mieux si c’est moins sérieux, maintenant je m’amuse tous les jours.

Qu’est-ce qui t’as amené à faire ton «move»?

En fait, le «move» n’était pas très grand à faire, car j’étais déjà travailleur autonome depuis 6 ans. Pour moi, le stress n’était pas l’insécurité financière, mais plutôt dans la gêne ou le syndrome de l’imposteur. C’est en réalisant de petites tâches chaque jour et en me commettant sans que je sois prête (start before you’re ready) que j’ai réussi à avancer. 

Que conseillerais-tu à une personne qui veut se lancer mais qui n’ose pas? 

Essayer, essayer, essayer. Ne pas se prendre au sérieux. Arrêter de vouloir tout planifier, tout changera de toute façon une fois qu’on aura les mains dedans. 

Qu’est-ce qui t’as inspirée à créer la vie dont tu rêves? (Personnes, projets, lieux, etc.)

Une phrase que mon ami Charles-Hubert Déry partageait sur Skype m'a fait comprendre quelque chose d'important. If you're not working on your project, you're somebody else's project. J'ai allumé que ce n'était pas ce que je voulais (pendant que je travaillais sur un de ses projets!). Qu'il était temps que je trouve mon idée à moi, pas celle des autres. 

Qu’est-ce que tu aimes de ta nouvelle vie?

Je capote sur ma «nouvelle» vie parce qu’elle me permet de toucher à un paquet d’affaires différentes. J’étais déjà pas mal libre comme designer graphique à mon compte, mais là, ma créativité a explosé. Je me suis créé un terrain de jeux avec Rita Pierrette qui me permet de tisser, de prendre des photos, faire de l’aquarelle, broder, faire de l’origami même!

Est-ce que c’était comme tu te l’aurais imaginé?

En fait, ce qui est vraiment bien, c’est que je n’avais rien imaginé. J’ai souvent lancé des projets en planifiant tout, trop, tout le contenant, la vision, mais sans contenu. Cette fois-ci, j’essaie le contraire. Je crée selon mes envies et je vois où ça me mène. Et à chaque fois je suis épatée, alors je continue.

Quels sont tes défis à venir?

Maintenant que j’ai réussi à passer à l’action, j’aimerais prendre un peu plus de temps pour la réflexion, mais sans perdre le rythme. Créer de nouvelles collections, ajouter de nouveaux produits.

Je dois aussi prendre une décision sur mon travail de designer graphique. J’aime encore beaucoup faire du branding, mais mes deux entreprises commencent à prendre beaucoup de place. Je me demande si je dois réduire certains engagements, ou bien engager un ou une assistante. 

Qu’est-ce qu’on pourrait te souhaiter de mieux pour la suite de l’aventure? 

Des partenariats avec d’autres créateurs/boutiques/entreprises. C’est vraiment stimulant d’avoir la chance de côtoyer d’autres personnes aussi passionnées!

Comment as-tu trouvé l’argent?

Je n’avais pas vraiment d’investissement à faire. J’ai reçu des caisses de laine vintage qui encombrait ma maison; fallait que je trouve quoi faire avec! J’ai aussi reçu un petit montant de Pierrette (oui, celle de Rita Pierrette!) qui m’a permis d’étirer un peu mon congé de maternité. 

Quel est le plus gros obstacle que tu as rencontré et comment tu l’as surmonté?

Mon plus grand défi cette année a été de donner des ateliers. Je suis assez introvertie et j’avais un peu peur de parler en public. J’ai lancé l’idée d’animer des soirées DIY un peu sans y réfléchir et j’ai dû affronter mon premier soir! Je crois que ça se passe de mieux en mieux maintenant après une douzaine d’ateliers derrière moi! J’adore maintenant connecter avec plein de gens passionnés; c’est une belle découverte pour moi. Je me rends compte que souvent ce qu’on aime le moins faire peut rapidement devenir une de nos tâches préférées si on sait déceler ce qu’on doit en retirer.

Crédit photo : Tania Lemieux