Recharge tes super-pouvoirs

7 conseils que j’aurais aimé recevoir lorsque je me suis lancée en affaires

14 mai 2016

Il y a cinq ans, je suis partie à mon compte. Bon, pas tout à fait. Oui, j’étais partie. Nous avions décidé de quitter la métropole. Ma douce moitié avait trouvé un emploi. J’étais donc partie. Mais je ne me suis pas lancée en affaire. J’avais décidé de «m’essayer”» plutôt que de me lancer. Quand on essaie, on ne se lance pas à fond. On se trempe les orteils. On n’a pas de plan. On se laisse porter. 

Il n’y a rien de mal à «s’essayer», à tester la température de l’eau avant de s’y jeter. Sauf que dans mon cas, j’ai passé plus de 3 ans à m’essayer. Après un peu plus de cinq années à mon compte, voici les conseils que j’aurais aimé me donner à moi-même il y a quelques années.

1. Arrête de regarder les offres d’emplois 

Pendant les 3-4 premières années à mon compte, je continuais constamment de regarder les offres d’emplois, au cas où. Je n’avais pas confiance que je pouvais réussir, ce qui m’empêchait de m’investir complètement dans mon idée d’entreprise. Un jour (lire presque 4 ans plus tard), je me suis dit : je me lance à 100% là-dedans pendant un an, si après ça ne marche pas, j’arrête. Depuis ce jour, j’ai plus de clients, et plus de travail, et je ne regarde plus les offres d’emplois!

2. Fais-toi une planification financière

Une de mes plus grandes insécurités, partagée par plusieurs travailleurs autonomes, c’est l’argent. On a l’impression de ne pas savoir combien on peut faire par année. J’ai un jour compris que c’est à moi de décider combien je veux faire et ensuite, monter un plan pour y arriver. Donc, détermine (de manière réaliste) combien tu aimerais gagner cette année. 

Ensuite, trouve comment c’est possible d’y arriver. Ça te forcera à compter le nombre d’heures que tu devras travailler et à quel tarif (et par le fait même te faire comprendre que tu dois augmenter ton tarif). En te fixant des objectifs mensuels, tu peux te sécuriser en les atteignant ou encore, ajuster le tir pour le mois prochain. Même si tu détestes les chiffres, si tu es à ton compte, tu n’as pas le choix, tu dois les apprivoiser.

3. Choisis tes clients 

Au début, ça semble impossible de choisir ses clients. C’est toutefois essentiel pour durer. Des clients avec des mandats plates, des clients qui abusent de ton temps, des clients qui veulent payer moins chers ou qui ne veulent pas payer, tu n’en veux pas. Ce sont des choix difficiles à faire, mais les clients qui te tirent du jus, ce ne sont pas les clients que tu veux. Mets-les à la porte! C’est toi le boss.

4. Tu es un entrepreneur

Je me suis longtemps définie comme travailleur autonome. Si tu gères tes affaires comme un travailleur autonome, tu risques de rester un genre d’employé, mais sans les avantages sociaux. 

Tu es à ton compte, tu génères des revenus, tu vends des services ou des produits, donc, tu es entrepreneur. Tu dois agir de la sorte. Ça veut dire te faire un plan à moyen et long terme au lieu d’essayer de simplement survivre d’un client à l’autre. Ça veut dire passer plusieurs heures par semaine à travailler pour toi, à développer tes affaires, plutôt qu’à travailler seulement pour tes clients.

5. Invente-toi des collègues

Ce qui devient parfois lourd c’est de se sentir seule dans le bateau. De devenir folle comme un chien resté trop longtemps à l’intérieur. Va dans des événements de réseautage. Même dans les plus poches, tu y rencontreras au moins une personne intéressante. 

Sors sur l’heure du dîner pour faire du sport. Inscris-toi à des formations. Fréquente des cafés ou loue une place dans un endroit de coworking. Pour le mental, maintiens des contacts humains avec le monde extérieur sur une base régulière. 

6. Profite des avantages

Pendant les moments creux, arrête de tourner en rond. Ne passe pas l’été à te morfondre si c’est tranquille. Ne reste pas devant l’ordi entre Noël et le jour de l’an au cas où...Tu as besoin d’un break, prends-le! Il y a assez de responsabilités et de stress dans la vie d’entrepreneur, savoure au moins les bons côtés.

7. Célèbre tes victoires!

En affaires, c’est comme si on ne touchait jamais au but. Il y a toujours plus à faire demain. Il faut donc apprendre à célébrer ses victoires, si on veut avoir la plus petite impression d’avoir réussi. 

Tu as reçu tes premières cartes d’affaires : célèbre. Tu as ton premier client :  célèbre. Tu as terminé un premier mandat : célèbre. Cuisine-toi un bon repas, paye-toi un massage, prends ton vendredi de congé! Personne d’autre ne le fera alors fais-le pour toi.

Après cinq années en affaires, je ne retournerais pas travailler pour quelqu’un d’autre, malgré les difficultés. J’irais même jusqu’à dire que j’ai réussi, selon ma propre définition du succès. Mais peut-être que je changerai d’idée l’année prochaine…À travers mes expériences et mes rencontres, je me rends aussi compte qu’être entrepreneur ce n’est pas pour tout le monde. Si tu t’es «essayé» en affaire et que ça n’a pas fonctionné, d’autres succès professionnels t’attendent au tournant. 

« Le succès, c’est vous aimer vous-même, c’est aimer ce que vous faites et c’est aimer comment vous le faites.» -Maya Angelou