Recharge tes super-pouvoirs

Trouver le temps d’offrir son temps

22 octobre 2016

Boulot du lundi au vendredi. Lavage le lundi soir. Bénévolat le mercredi soir. 5 à 7 avec les amis le jeudi soir. Randonnée le samedi. Voilà à quoi peut ressembler une semaine pour Miyoko Fulleringer. Quelque chose vous étonne-t-il dans cette séquence? L’activité du mercredi soir peut-être?

À notre époque où le temps s’avère la denrée la plus rare, certains font le choix de réserver quelques heures par semaine au bénévolat. C’est le cas de Miyoko qui, depuis 2012, joue le rôle de «grande sœur» pour Grands Frères Grandes Sœurs de l’Ouest de l’Île de Montréal. Cet organisme de bienfaisance met en relation des mentors bénévoles et des jeunes afin d’aider ces derniers à s’épanouir.

Miyoko est pourtant bien occupée dans la vie. En plus d’être coordonnatrice de comptes pour une agence marketing à Montréal, cette passionnée de plein air passe ses fins de semaine loin de la ville. Ce qui ne l’empêche pas de trouver du temps pour sa «petite sœur». Chaque semaine, les deux «sœurs» choisissent ensemble une activité et déterminent le meilleur moment pour la réaliser, le soir ou la fin de semaine. «Quand j’ai commencé à être mentor, j’avais plus de temps libre à proposer, raconte-t-elle. Mais ma «petite sœur» et sa famille sont très compréhensives et nous trouvons toujours un moment qui convient à tous. C’est une activité comme une autre à insérer dans mon horaire!»

Une envie de donner au suivant

La jeune femme de 25 ans, qui estime avoir été choyée par la vie, souhaite maintenant donner au suivant. Et elle croit qu’offrir son temps est le meilleur moyen d’avoir un impact positif. Au fil des années, elle a ainsi pu créer une relation solide avec sa «petite sœur» et contribuer à sa qualité de vie.

Mais bien que Miyoko donne beaucoup, elle reçoit aussi beaucoup en retour! Peut-être même plus que la personne aidée, selon elle. «Mon rôle de mentor me donne vraiment l’impression d’être une grande sœur, confie la bénévole. Je suis fière des choix et des accomplissements de ma «petite sœur», et j’adore quand elle me donne de ses nouvelles ou m’appelle pour prévoir une activité.»

Elle est aussi convaincue qu’offrir son aide bénévolement à des personnes permet de comprendre la réalité de l’autre, de percevoir sa propre vie avec une perspective différente, de se rendre compte de sa chance et de mieux se connaître soi-même. 

Bénévole, même au boulot

Suivant ses propres valeurs, Miyoko a aussi choisi de travailler pour une entreprise qui offre des occasions de bénévolat à ses employés. Un après-midi par saison, tous sont invités (et même les patrons) à participer à une activité bénévole en groupe, comme emballer de la nourriture et la livrer à des personnes itinérantes (Hungry Box) ou faire du ménage et jouer avec des enfants (La Maison Kangourou). Même si le travail ne manque pas en agence, cinq à dix employés arrivent généralement à trouver le temps de mettre la main à la pâte. «L’idée est qu’il faut apprendre à trouver du temps pour ce type d’activité, sinon nous ne le trouvons jamais!», souligne la jeune femme.  

Et vous, le bénévolat fait-il déjà partie de votre quotidien? Vous semble-t-il plutôt impensable d’ajouter une telle activité à votre horaire chargé? Si l’envie y est, mais que le temps manque, laissez-vous inspirer par Miyoko et les autres bénévoles dévoués dans votre entourage. Tentez l’expérience bénévole ponctuellement! Restez ouvert aux occasions qui s’offrent à vous. Tranquillement, apprenez à trouver le temps