Recharge tes super-pouvoirs

Nouveau modèle : Chief Happiness officer, le métier de facilitateur du bien-être

28 janvier 2017

En avez-vous entendu parler? Non? Bien oui… ça existe! 

Le poste de Chief Happiness Officer consiste à assurer et faciliter le bonheur des autres collègues dans l’entreprise. Un peu comme un médiateur qui agirait comme organisateur de 5 à 7. Une mascotte qui ferait tout en son pouvoir pour que le climat de travail soit favorable et agréable pour tous. 

Je vous avoue qu’à la lecture de l’offre d’emploi, mon cœur s’est mis à s’émoustiller, je me suis mise à écrire à tout le monde en leur envoyant l’offre d’emploi et en cherchant la validation que ce poste était bel et bien écrit pour moi. Un poste en philanthropie qui consiste uniquement à rendre les gens heureux. WOW. Je m’imaginais déjà changer mon profil LinkedIn et animer quelques soirées dédiées au bonheur. Se lever le matin pour être le cupidon du sourire. 

Ça a duré 30 minutes. Peut-être un peu plus, parce que je le relis actuellement et je vous avoue que ce petit bouillonnement recommence en moi.

Toutefois, j’aimerais apporter une petite réflexion à ce poste. Celle qui tourne encore dans ma tête et qui m’a empêchée de tout lâcher ce que je construis depuis maintenant 5 ans autour de moi pour devenir CHO d’une seule et unique entreprise. 

Je peux comprendre que le bonheur au travail et une denrée rare pour certaine entreprise. C’est difficile (et dommage) pour certains d’être sur leur lieu de travail et de vivre leurs passions, leur créativité, leurs rêves au quotidien afin d’accéder au haut de la pyramide de Maslow qu’est l’accomplissement. Parfois, cela peut être aidant d’avoir des soirées agréables, des moments partagés avec les autres que l’on côtoie au quotidien. De vivre des moments de bonheur grâce à notre milieu de travail.  

Je vous avoue que j’aime l’idée d’accompagner les autres vers le bonheur, c’est un peu pour ça que j’étudie pour devenir coach, que je travaille avec des jeunes, que je cherche des moyens pour qu’ils aient tout pour être bien. Je suis heureuse parce que je vis et travaille dans plusieurs domaines que j’aime et je le fais pour des gens que j’aime. J’ai trouvé la raison de mon propre bonheur et bien que certaines personnes m’aient aidée à l’éclairer… personne ne pourrait être heureux à ma place… et je ne voudrais surtout pas voir une seule personne s’époumoner à rendre heureux tout le monde. 

Je crois que c’est la tâche de tout un chacun dans son environnement de travail d’ajouter quelques étincelles de joie dans le quotidien, quelques attentions qui permettront à tout le monde de se sentir reconnu, inclus et heureux.

Peut-on réellement rendre imputable une seule personne pour tout le bonheur de toute l’entreprise?

P.-S. Vous allez pouvoir trouver tous les détails de ce nouveau modèle d’emploi en cliquant ici.