Recharge tes super-pouvoirs

Pourquoi je suis toujours en retard?

22 juillet 2017

Il y a quelque chose de tout à fait abstrait avec le temps. En fait, le temps, c'est une illusion, m'a-t-on souvent dit. J'ai peut-être pris cette affirmation philosophique un peu trop au pied de la lettre. 

Le temps, c'est un élément important si l’on veut prendre part entièrement à la société. C’est une mesure invisible qui dicte, qui demande et qui est suivie par tous les humains. Que se passe-t-il lorsque ce concept est moins bien assimilé? Quel est ainsi notre rapport à nos semblables?

Il y a deux types de personnes : les ponctuels et les retardataires. Je suis de la deuxième catégorie. Non pas par plaisir! J’ai un réel désir d'arriver à l’heure indiquée. Or, j’ai beaucoup de difficultés à y parvenir. On me classe donc dans la catégorie des gens en retard, des gens après lesquels on attend, qui sont tête-en-l’air, perdus…

Ne pas avoir de contrôle et l'accepter

Avant, je ressentais un grand stress par rapport à ce « handicap », appelons-le ainsi. Je courais, je pleurais. Maintenant, j’ai décidé d'accepter cette tare. Non pas que cela m’indiffère. En fait, vous devez savoir que je fais toujours tout mon possible pour être ponctuelle. Toutefois, si je constate que je serai en retard, j’accepte la défaite. Que puis-je faire d’autre?

Je vois ces gens, en voiture, klaxonner, dépasser, se mettre en danger et mettre les autres en danger, pour le sacro-saint temps. Dans les métros, courir, se glisser entre deux portes, faire arrêter le train, bousculer les gens, pour le sacro-saint temps. Je ne pense pas que ces 5-10 minutes gagnées en vaillent la peine.

La conscience du temps, ce n'est pas tout le monde...

Je dois aussi avouer que je n’ai aucune conscience du temps. Pardon? Oui. Je vous donne un exemple. Mon bus passe à 9h30, je prends 10 minutes pour me rendre à l'arrêt, je dois donc quitter à 9h20, mais je veux arriver à l’avance à l'arrêt donc je quitte vers 9h10-15. Donc, je commence à me préparer à 9h. Première préparation mentale. Je ne comprendrai jamais pourquoi, mais une fois sur trois, l’information se mêle et mon cerveau pense qu’il doit se préparer à 9h20, parfois 9h30. Bref, je manque le bus.

Ou encore, je prends trop de temps, je cherche, j'oublie et je quitte en retard. Les dernières minutes avant de partir, je cours dans toute la maison. Comment je réussis à être à la dernière minute malgré mon plan de match? Mystère.

Se perdre constamment

Dernier problème, je n’ai aucun sens de l’orientation. Avec un GPS aussi. Imaginez avant les GPS comment ma vie était difficile! En voiture, c’est pire. Parce que je n’excelle pas dans l’art du copilotage, m’a-t-on déjà dit. Conséquemment, lorsque je dois piloter et copiloter, c’est l’horreur. Parfois, je veux faire confiance à mon instinct, c’est l'échec total. Bref, malgré le GPS, je me perds quand même.

Que faire?

Accepter. J’accepte que je suis parfois incapable d’arriver à l'heure. Que si j’arrive à l’heure, c’est parce que je suis trente minutes ou une heure à l’avance. J’ai décidé de prendre mon temps, d’arranger mes horaires selon cette réalité et d'accepter que le temps n’est qu’une illusion. Il est préférable pour moi de vivre ainsi que dans une presse et un stress constants. Pour moi et pour ma famille.

Et vous? Quel est votre rapport au temps? Avez-vous une horloge bien implantée en vous? Arrivez-vous toujours à l’heure? Si oui, arrivez-vous à comprendre tout de même les retardataires?