Recharge tes super-pouvoirs

L'âge comme une définition, trop peu pour nous

21 octobre 2017

J’ai eu 30 ans et honnêtement, je m’en fous. Je ne me sens pas différente. Je n’ai pas envie de le célébrer comme s’il n’y avait pas de lendemain. Je ne me sens ni vieille ni jeune. Bref, je ne me définis pas par mon âge. Et vous?

Peut-être que ma vision du temps m’aide, peut-être est-ce ma mère qui n’a jamais été importunée par ces nombres, fière de dire son âge à tous. Ou encore mon père qui m’a toujours enseigné l’impermanence de notre monde. Et puis, mon cœur, je le sens jeune et vieux à la fois. Vieux et mature dans son interprétation du monde. Jeune et immature, dans sa mise en pratique.

La famille

Déjà, je suis maman de deux enfants. Je suis mariée. J’ai une maison, avec les assurances vie, les REER et un testament. Tout ça avant mes 30 ans. Donc déjà, les folies de jeunesse sont loin.

Ma famille a commencé à 26 ans. Je ne me suis jamais sentie vieille pour autant. Est-ce que je trouve que la vie passe plus vite? Oui. Avoir des enfants, c’est constater à quel point le temps passe vite. C’est qu’en quelques mois, il s’en passe des changements : ça sourit, rampe, marche, parle… et court!

En 4 ans, j’ai porté la vie, accouché, allaité, porté la vie, accouché, allaité, porté la vie... J’ai été témoin de l’impressionnante évolution d’un bébé qui, au départ dépendant et immature, devient autonome et un petit être à part entière. Ces quatre années, je les ai savourées, une minute à la fois. J’ai pris le temps d’apprécier chaque étape. En essayant, je dis bien essayant, de ne rien anticiper.

Puis, un enfant, ça garde jeune aussi, parce qu’on tombe dans la scatologie facilement! On recommence ces blagues que nous-mêmes faisions à 4 ans. On écoute des films, des émissions pour enfant. On fait des activités familiales. Et même si la vie adulte n’est jamais bien loin, on se permet d’apprécier ce retour en enfance.

Les études

Aussi, je suis une éternelle étudiante. Après un bac, un certificat et une maîtrise, je suis de retour pour une deuxième maîtrise. Être étudiant, ça te garde jeune. Surtout quand t’es du genre brouillon. Remettre un travail, faire de l’anxiété sur ses notes… depuis 2000.

Ça permet de garder une certaine humilité aussi. Parce que pour apprendre, tu dois accepter de ne pas tout savoir. Tu dois être curieuse. Et tu dois accepter qu’une personne te dise que ce que tu as eu faux, n’étais pas à la hauteur, aussi subjectif cela puisse être. Telle une adolescente, je me retrouve à pleurer sur une note, sur un travail ou me plaindre du manque de justice d’un professeur. Ça, ça garde jeune!

Le travail

Je suis dans mon domaine depuis maintenant 7 ans. Puis, l’automne dernier, je me suis enfin lancée à mon propre compte, dans un domaine qui me titille depuis ma tendre jeunesse… on pourrait y voir un semblant de crise de la trentaine. J’y vois plus une écœurantite. Travailler sans me sentir épanouie, sans pouvoir concilier avec la famille, c’est non merci.

Honnêtement, c’est mon congé maternité plus que la trentaine qui m’a entraînée vers ce changement. Alors je me retrouve à tout recommencer à zéro. À me sentir imposteure. À travailler au bas de l’échelle et encore une fois, à faire preuve d’humilité, car non, je ne sais pas tout. Je me retrouve aussi à gratter les cennes noires, avec mon salaire d’étudiante… mais cette fois, j’ai plus de bouches à nourrir. Y faut une graine de combativité, qui garde jeune et fait vieillir vite!

Les activités

J’ai toujours été tranquille, casanière. Si je sors, c’est dans un bar. Un bar relaxe, un pub. Pas de musique de danse. Pas d’alcool à 20$. Un vrai bar, style irlandais. Sinon, encore mieux, chez quelqu’un. Chez moi de préférence. Bref, sortez-moi pas trop. Imaginez quand les enfants sont arrivés : l’envie de sortir n’est plus jamais revenue. Ou presque.

Ça, c’est mes côtés bien assumés, bien à la maison avec la marmaille, à travailler, à étudier et surtout sans âge autre que le mien. Aucun standard, j’ai l’âge que j’ai, avec mes expériences et ma personnalité. Ce n’est certainement pas mon âge qui détermine cette sensation. Et vous, quel âge avez-vous? Celle de votre cœur je parie!